Quelles gammes faut-il travailler en priorité ?

 

Le musicien a souvent le sentiment (justifié) d'avoir tellement de choses à travailler qu'il souhaite savoir quelles sont les priorités pour ne pas se disperser.

 

Dans le domaine mélodique, on entend parler de gammes majeures, mineures, pentatoniques, de modes, diminué, de son lydien, éolien...

 

Alors comment s'y retrouver ?

 

Travail ou technique ?

 

C'est la première question à se poser : travailler une gamme pour quoi faire ?



Travail de la technique

 

En classique, par exemple, le travail d'une gamme a souvent un but purement technique. Il s'agit d'améliorer sa vélocité, la puissance des doigts ou l'indépendance des mains. Ce sont en général les gammes majeures et mineures qui sont privilégiées.

 

Si vous n'avez pas beaucoup de temps à consacrer à l'instrument, évitez de faire ce genre de travail. Il vaut mieux, pour améliorer sa technique, partir du morceau que l'on cherche à travailler. Il faut jouer la mélodie à plusieurs tempi par exemple, cela suffit largement. Vous pouvez aussi jouer les arpèges des accords du morceau...

 

Il existe aussi des exercices types qui ne nécessitent pas d'apprendre des gammes comme des exercices chromatiques purement "digitaux".

 

exercice chromatique

 

 

Travail de l'improvisation

 

Dans ce cas et si vous souhaitez devenir professionnel, il vous faudra un jour ou l'autre apprendre toutes les gammes et modes utilisés dans les musiques occidentales.

 

Cela se fera de façon progressive mais vous n'échapperez pas à ce travail exhaustif et fastidieux ! Pour cela, reportez-vous à des méthodes d'improvisation (comme "Méthode Improviser" entres autres) qui vous guideront dans ce travail.

 

En revanche, si vous êtes amateur et que vous souhaitez improviser sur vos morceaux préférés, une seule gamme suffit, la gamme pentatonique :

 

do majeur et do majeur pentatonique

 

Cette gamme est souvent méconnue. On a toujours tendance à la ramener au son blues. C'est une utilisation essentielle mais cela est loin d'être la seule.

 

On peut pourtant faire des choses extraordinaires avec cette gamme !

 

On peut improviser sur tous les standards du rock ou du jazz. En effet, comme nous l'avons vu plus haut une gamme majeure pentatonique est construite à partir des notes de la gamme majeure. Donc toutes les relations gamme majeure/accords dont nous parlons dans nos analyses peuvent aussi être ramenées à la relation gamme pentatonique/accords :

 

Si vous improvisez en Do majeur sur Dm7 - G7 - C, vous pouvez aussi improviser avec Do majeur pentatonique et même avec Sol majeur pentatonique !

 

Prenons par exemple un standard très difficile du jazz "Giant Steps" de John Coltrane (écoutez la version LP). On peut tout à fait improviser de façon très riche en n'utilisant que des pentatoniques majeures :

 

 

Vous pouvez même jouer "out" avec des pentatoniques. Par exemple sur un II - V - I :

 

pentatonique exterieure et II V I


Enrichir les pentatoniques

 

Autre chose très importante. Il est toujours possible d'ajouter une note à une pentatonique pour en enrichir sa couleur.

 

Vous le faites certainement déjà avec la gamme blues qui est une gamme mineure pentatonique avec une note blues (#4 ou b5 ) :  

gamme la blues

 

Vous pourrez évidemment ajouter d'autres notes en fonction du contexte mélodique ou harmonique.


Vous pouvez également altérer une note d'une pentatonique (la diéser ou la bémoliser) pour mieux coller à un accord (voir le quiz sur les pentatoniques).



Conclusion

 

Vous voyez que vous avez un champ d'investigation formidable à développer avec les pentatoniques. Ce sont des gammes faciles à travailler et à entendre et qui pourront résoudre tous les problèmes que vous risquez de rencontrer dans l'improvisation.

 

Commencez donc déjà par essayer d'exploiter toutes les possibilités de ces gammes pentatoniques avant d'aborder de nouvelles gammes ou modes !