Je suis vite perdu dans une impro, pourquoi ?

 

Une improvisation dure parfois assez longtemps, plusieurs grilles au moins. Il arrive que l'improvisation se passe bien sur une ou deux grilles, puis que l'improvisateur décale progressivement les modes joués par rapport aux accords entendus et s'arrête rapidement, se sachant plus où il se trouve !

 

Essayons de comprendre pourquoi et de proposer quelques pistes pour résoudre le problème.


 

Le problème des cycles

 

Improviser sur quelques mesures et sur une série de plusieurs grilles n'est pas du tout la même chose. C'est un peu la différence entre courir un 50m (accessible à tous) et un 3000m (impossible à faire sans entraînement) !

 

Le cycle est un groupement de 4, 8 ou 16 mesures et le musicien doit apprendre à les gérer. Il ne faut évidemment pas compter chaque mesure d'un cycle, l'une après l'autre, mais apprendre à sentir globalement le passage d'un cycle à un autre :

 

grille harmonique


 

Installer les cycles

 

Avant de se lancer dans une improvisation, il est important de savoir si on a bien intégré le rythme harmonique du morceau, c'est à dire l'enchaînement rythmique des accords.

 

Pour cela, il faut d'abord travailler sans l'instrument. Ecoutez le morceau et essayez de dire à haute voix les accords entendus (C7, Em7...) sans la partition ou la grille devant les yeux évidemment ! Ne le faites pas systématiquement mais amusez-vous à indiquer un accord au hasard toutes les 4 ou 6 mesures par exemple.

 

Vous verrez que si l'exercice est facile lors des premières grilles, il est moins évident lorsque l'on atteint la 7ème grille du morceau !! Si vous avez plusieurs interprétations du morceau sur lequel vous allez improviser, choisissez d'abord les versions les plus lentes.

 

Ensuite, commencez à improviser avec l'instrument mais en vous donnant quelques contraintes cycliques. Improvisez par exemple uniquement sur les 1ère mesures de chaque cycles de 4 mesures (sur les mesures 1, 5, 9...) et ne jouez pas sur les autres mesures dont vous donnerez le nom des accords par exemple.

 

grille harmonique

 

Puis passez à une autre contrainte (improvisez sur les mesures 3, 7, 11...) :

 

 

Avant de vous lancer dans une réelle improvisation libre, pourquoi ne pas essayer de ne jouer rythmiquement que des blanches ou des noires. Vous serez ainsi moins absorbé par les rythmes de votre jeu mélodique et pourrez vous concentrer sur les accords de la grille :

 

improviser en blanches

 

Travail en groupe


 

Pour apprendre à maîtriser les cycles, le jeu en groupe est idéal. Il faut par exemple développer le concept de 4/4. Le batteur joue un solo sur 4 mesures et à tour de rôle chaque musicien répond pendant 4 mesures. Puis on joue des groupes de 2 ou 8 mesures par exemple.

 

Dans un première phase, on demandera au batteur de conserver le tempo à la charleston par exemple pour avoir un point de repère. Ensuite, le batteur pourra s'amuser à tromper les autres musiciens en se décalant rythmiquement, en changeant de mesure, en mélangeant rythmes binaires et ternaires...

 

Chaque musicien pourra dans une première phase compter les mesures. L'objectif sera évidemment de sentir ces cycles sans avoir ces repères.

 


Conclusion

 

Vous avez quelques pistes de travail. Certaines vous conviendront mieux que d'autres. Vous pouvez en inventer d'autres seul ou en groupe. Par exemple, la mémorisation parfaite du thème (mélodie) de la grille d'improvisation est essentielle car elle vous permettra de mieux sentir l'enchaînement des accords également.

 

Comme toujours, une improvisation doit se préparer et pas seulement en analysant un standard ou en apprenant des modes. Il faut aussi sentir une grille autant du point de vue rythmique que mélodique ou harmonique !