Quelles différences entre composer, arranger, harmoniser ou improviser ?

 

 

Il n'est pas toujours évident de faire la différence entre des notions musicales finalement assez proches : harmoniser, composer, orchestrer, arranger, improviser...

 

Faisons un peu le point sur la question.



Le Compositeur

 

 

Il s'agit ici d'associer une ligne mélodique à des accords.

 

Il n'est pas nécessaire d'être un spécialiste de l'harmonie pour composer. Il faut avant tout avoir une bonne oreille et des connaissances de base du solfège.

 

Le compositeur définit la tonalité du morceau, puis écrit la ligne mélodique. Il place ensuite des accords simples sous la forme de triades ou d'accords de 4 sons de base (C, G/D, E7, Dm7...) :

 

melodie et accords

 

Contrairement à ce que l'on pense généralement, il ne faut pas toujours être inspiré pour composer. Le travail du compositeur est aussi un travail quotidien qui consiste à écrire un bout de mélodie ou quelques enchaînements d'accords que l'on trouve intéressants.

 

Lorsque l'inspiration sera là, tout ce travail de fond reviendra à l'oreille. C'est un peu comme un puzzle que l'on assemble progressivement et que l'on termine d'un coup lorsqu'une image apparaît !

 

Il existe de nombreuses techniques de composition. Pour créer une chanson, certains musiciens partent des paroles. A force de lire et de relire quelques mots, ils essaient de les faire chanter pour définir une première ligne mélodique. D’autres préfèrent enchaîner quelques accords. Dans ce cas, ils déduisent des mots une ambiance ou une couleur harmonique qui servira de base à la recherche d’une ligne mélodique.

 

Enfin, et de plus en plus, les compositeurs préfèrent définir d’abord un groove rythmique avec des samples par exemple ou une simple boite à rythme. D’autres démarreront avec une ligne de basse qui a souvent l’avantage d’être à la fois rythmique, mélodique et donne même également une bonne idée des accords à utiliser. On ajoutera ensuite la mélodie.

 

 

Harmoniser

 

Lorsque l’on a une petite ligne mélodique et que l’on cherche à y ajouter des accords, on parle d’harmoniser la mélodie. On peut ajouter plusieurs accords à une même note, ou un accord à plusieurs notes :

 

harmoniser une note de la melodie avec plusieurs accordsharmoniser une note de la melodie avec plusieurs accords

 

Sans être ici aussi un spécialiste de l'harmonie, il vaut mieux avoir une bonne connaissance de la relation entre gammes et accords. Une connaissance de l'analyse mélodique est également souhaitée.

 

Tout cela est conseillé, pas forcément obligatoire.


 

L'arrangeur

 

Il part lui de la composition elle-même, avec mélodie et accords de base. Son travail consistera à la fois à enrichir, s'il le faut (et pas forcément), ligne mélodique et accords mais surtout à ajouter des instruments qui accompagneront et mettront en valeur la composition.

 

Dans les musiques actuelles, l'arrangeur écrit généralement la ligne de basse, la partie harmonique (piano et/ou guitare) et propose un accompagnement rythmique.

 

Parfois, son travail consistera à écrire une véritable orchestration, c'est à dire ajouter une section de cuivres (trompette, saxophone, trombone) ou de cordes (violon, alto, violoncelle, contrebasse).

 

Il faut différencier le travail du compositeur classique qui écrira précisément toutes les parties de chaque instrument, de l'arrangeur "actuel" qui donnera des indications pour chaque instrument ou pupitre d'instruments :

 

 

orchestration

 

Extrait de la méthode "The Contemporary Arranger" de Don Sebesky.

 

Ce travail ne peut être réalisé que par un musicien confirmé ayant de solides connaissances en harmonie, contrepoint (art de superposer des lignes mélodiques) et orchestration (comment distribuer les différentes mélodies aux instruments de l'orchestre).

 

L'arrangeur sait la plupart du temps jouer de plusieurs instruments (harmoniques et mélodiques).

 

 

L'improvisateur

 

Il part également de la composition de base (mélodie et accords simples).

 

L'improvisateur commence généralement par plagier la ligne mélodique en la jouant de différentes manières, mélodiquement et rythmiquement puis développe un discours mélodique autour des accords proposés (improvisation mélodique).

 

L'improvisateur arrange aussi à sa manière la composition de base en ajoutant des accords ou en transformant parfois sensiblement la composition de départ (tempo, rythme, tonalité...).

 

On peut aussi parler d'improvisation rythmique (pour un batteur par exemple) ou harmonique lorsqu'un pianiste joue la mélodie en accords plus ou moins complexes.

 

Il faut évidemment maîtriser d'abord parfaitement son instrument mais aussi le solfège et l'harmonie et connaître précisément la relation entre modes et accords.